Comme un tison sauvé du feu, Meira Barer

[Dédicace le 11 mars 2020 à 17h30, pour une rencontre inoubliable] 

Ecrire pour ne pas oublier, tel est le devoir de mémoire que nous offre Meira Barer. Il a fallu 50 ans pour que les souvenirs soient posés sur des feuilles de papier.

Meira Barer avait 9 mois lorsqu’elle fut raflée le 16 juillet 1942 au Vel d’Hiv. Cachée, rescapée, sauvée, ayant perdu son père et ses grands parents, Meira Barrer, dans son autobiographie bouleversante, nous raconte les étapes de sa reconstruction d’enfant cachée, cette résilience peu commune pour lier bout à bout tous les maillons de sa vie : la séparation, la rage, la réparation, la consolation, l’hébraïsation, la transmission, la filiation et la réconciliation.

Editions les trois colonnes 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.