Imago, Cyril Dion

ImagoC’est un roman, une fiction, sous le couvert d’une certaine réalité.

NADR : le pacifiste avec un attachement intense à la Palestine et à son frère Khalil.
KHALIL : le kamikaze demi frère de Nard transformé par désespoir et désillusion en djihadiste.
AMANDINE : (que l’on soupçonne d’être la mère de Nadr) qui cherche l’amour et cache son désir d’enfant à celui quelle aime en se réfugiant au plus près de la nature.
FERNANDO : son fils aîné qui est fonctionnaire dans un organisme de prestige et qui traite de dossiers sensibles. Mais surtout qui ne veut pas être en gestion des affaires Palestino-Israéliennes.
Le combat ne se fait plus en Israël, mais ailleurs !!!!!!! ( en France par exemple).

Ces quatre personnages vont se croiser dans une France abîmée par les attentats.
Nadr le pacifiste va suivre le même trajet que son frère pour le sauver de cette folie meurtrière. C’est un parcours clandestin qu’il va faire. A partir de tunnels secrets pour sortir d’Israël, en passant par l’ Égypte et un cargo pour Marseille, il arrive enfin à Paris.
Arrivera il à le sauver ?
Interview de l’auteur par Actes Sud  :


« J’AI COMMENCÉ À ÉCRIRE IMAGO EN 2006, après avoir passé cinq ans entre Israël, la Palestine, la Suisse, l’Andalousie et Paris, tâchant de rapprocher Israéliens et Palestiniens, juifs et musulmans. Chaque jour, je fréquentais des hommes et des femmes enfermés dans leurs croyances, leurs logiques politiques, leurs souffrances, leurs territoires…
Fin 2006, j’ai rencontré Pierre Rabhi, avec qui je me suis engagé dans la création du mouvement Colibris. J’aimais son message écologiste mais j’étais surtout touché par son histoire : celle d’un homme décidé à quitter la société moderne, dans laquelle il se sentait incarcéré, pris dans une logique qui l’obligeait à vivre contre ses idéaux.
D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été écrasé par ce sentiment d’enfermement : celui de l’esprit dans le corps, de l’enfant dans les salles de classe, de l’adulte dans « le monde du travail ». Il me semble avoir écrit ce livre, tout au long de ces dix années, comme un moyen d’explorer ce sentiment, de le traverser, d’y trouver une issue…
À aucun moment je n’ai songé à faire un livre sur la géopolitique ou le terrorisme. C’est l’itinéraire de ces quatre personnages qui m’habitait. Comme souvent dans la fiction ou la poésie, j’ai écrit sans véritablement savoir ce que j’écrivais. Car finalement, ce livre a certainement une dimension politique.
À de nombreux égards l’Occident a créé la poudrière du Moyen-Orient. Aujourd’hui, ce petit territoire d’Israël-Palestine, où deux peuples doivent cohabiter avec la peur primale de disparaître, n’est pas seulement abandonné à son triste sort, il est instrumentalisé. Israël par les pays voulant garder une position stratégique dans la région, la Palestine par les islamistes utilisant la souffrance des Palestiniens pour rallier de jeunes esprits à leur cause. La guerre que les Occidentaux ont exportée sur cette terre revient aujourd’hui sur leurs sols…
Nadr, Khalil, Fernando et Amandine sont emportés par ces trajectoires qui ne leur ap-partiennent pas. Et tentent, comme beaucoup d’entre nous, de s’en libérer, pour trouver leur propre chemin. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *