L’enchanteur pourrissant, Apollinaire

Salué par André Breton, L’enchanteur pourrissant est la première œuvre publiée de Guillaume Apollinaire, écrite à 18 ans, et encore très mal connue du public.

Entre théâtre, poésie et nouvelle, cette histoire très courte est teintée de légende arturienne, centrée sur le personnage de Merlin. Apollinaire l’imagine comme un anté-Christ, fils d’une jeune femme qui ne peut se résoudre au mariage, mais cède charnellement au Diable. En grandissant, Merlin devient comme son père, retors, déloyal et pervers, bien qu’il n’en connaisse l’identité. Il s’exilera dans les forêts obscures, où il rencontrera Viviane / Morgane, dont il tombera éperdument amoureux, mais qui lui jouera un bien mauvais tours…le condamnant à une existence immortelle, enseveli sous terre, « pourrissant ».

« L’Enchanteur pourrissant n’est pas une composition laborieuse alourdie par une érudition mal digérée » disait André Breton. Peut-être un peu pesante, malgré tout, c’est surtout l’inventivité dont fait preuve ce poète si célèbre, qui rend l’oeuvre remarquable.

Editions Folio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.