Nous n’avons pas vu passer les jours, Simone Schwarz-Bart et Yann Plougastel

En 1959, André Schwarz-Bart, juif d’origine polonaise, orphelin et résistant de la Deuxième Guerre mondiale, remporte à la surprise générale le prix Goncourt pour son exceptionnel premier roman, Le dernier des justes. Quelques jours plus tôt, il rencontre l’amour de sa vie au détour d’une rue parisienne : Simone, métisse guadeloupéenne, qui deviendra son épouse, sa muse et sa co-équipière jusqu’à la mort du premier, en 2006.

A eux deux, ils vont écrire une œuvre magistrale, malheureusement inachevée, qui rejoint avec une évidence effrayante les souffrances pluri-centenaires de deux peuples : pogromes et Shoah pour les Juifs, traite et esclavage pour les Noirs. Mais ce ne sera pas du goût de tout le monde, notamment des premiers concernés…

Mélangeant narration, conversations, échanges épistolaires et contes folkloriques, Simone Schwarz-Bart peint à travers les récits de sa vie et de celle d’André un tableau de deux peuples et de multiples métissages, d’un monde et de multiples familles, d’une époque et de multiples temporalités. Plus qu’une biographie, Nous n’avons pas vu passer les jours est un essai littéraire et politique, une saga familiale et un roman d’amour.

Ed. Grasset (2019) 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.