La ville des morts, Sara Gran

ville des morts sara gran points bretonNouvelle-Orléans, post tempête et cataclysme de Katrina. Claire De Witt, La Meilleure Détective du Monde, accepte une enquête. Elle retourne dans une ville qu’elle a essayé d’oublier. Une ville où Constance l’a formée au boulot, où elle s’est imprégné du livre du Grand Détective Silette, où elle fait ses premiers pas et où elle a laissé beaucoup de doux souvenirs, et de grande tristesse.

Mission: retrouver la trace d’un procureur hyper cool, hyper sympa, apparemment pas trop corrompu (dans cette ville c’est compliqué), qui aurait disparu pendant les dernières inondations (mort?). Il laisse derrière lui un empire, une fortune, et un neveu tout… désemparé. Lire la suite

Richesse oblige, Hannelore Cayre

hannelore cayre richesse oblige articleLe récit se passe en deux temps : l’histoire de Blanche de Rigny, une jeune femme handicapée, amie d’une colosse en jogging (Hildegarde, rien que ça), avec une gamine (Juliette), un père toujours absent à qui elle ne parle plus, et une mamie chouette.
Blanche, s’est toujours débrouillée toute seule, ne s’est jamais laissé abattre, et n’hésite pas à quelques magouilles pour remplir un peu plus le réfrigérateur.
Un jour elle découvre qu’elle est peut-être issue d’une famille richissime, et va mener l’enquête.

En parallèle, l’histoire des De Rigny, en 1870, alors que la guerre contre les prussiens fait des ravages, et que l’armée recrute le plus possible d’hommes. Les riches trouvent la parade en achetant des plus pauvres qu’ils envoient à leur place sur le front. Une pratique d’esclavagiste répandue.
Auguste De Rigny ne veut pas faire la guerre, mais est rongé de culpabilité à l’idée d’envoyer un autre se battre. Mouton noir de la famille, il a des idées communistes, et rejoint les groupes de jeunes intellectuels plein d’idéaux d’égalité. Lire la suite

Librairie Maruani & Coronavirus

Chers amis et amies de la librairie Maruani,

Hier sologo maruani livre croquéir, conformément aux mesures gouvernementales, nous avons décidé de fermer la librairie jusqu’à nouvel ordre. Notre priorité reste la santé de chacun. Devant cette période  de grande incertitude, et pour nous, TPE, nous espérons surmonter cette situation unique. C’est pourquoi nous vous demandons dans la mesure du possible de reporter vos achats et d’attendre notre réouverture pour les faire, sachant que nous sommes un commerce non indispensable. C’est de cette manière que vous pourrez être solidaires envers les commerces de proximité et préserver votre environnement de manière durable.

Nous vous souhaitons courage, lectures, tout en prenant soin de votre proches.

A très vite,

L’Equipe de la Librairie Maruani

Sites de réservations en ligne avec la Librairie Maruani

www.parislibrairie.fr

www.placedeslibraires.fr

Restons en contact pour poser des questions ou simplement discuter

Pacifique, Stéphanie Hochet

pacifique hochet rivagesGuerre 39-45. Un jeune pilote japonais est sur le point d’effectuer une mission suicide : faire écraser sur avion sur la flotte américaine. Encore gorgé de patriotisme, la peur et le doute s’installent quand même en lui. Son sacrifice servira-t-il à quelque chose ? Il commence alors une introspection, se rappelant son enfance, son éducation, ses idéaux… qui l’ont menés jusque là.

Un livre doux et tendre envers ce jeune japonais, Isao, terrorisé à l’idée de sacrifier sa vie pour son pays, tout en en mesurant l’honneur et le devoir. On découvre comment il a été endoctriné par sa grand-mère, dès son plus jeune âge, son esprit modelé à un patriotisme aveugle. Isao a vécu longtemps isolé – cours particuliers – puis a rejoint l’école de pilote. La réussite et la primauté de l’honneur avant tout. Lire la suite

Crève, mon amour, Ariana Harwicz

creve mon amour harwiczQuelque part, à la campagne, une jolie maison qui mérite quelques travaux. Un homme et une femme, mariés. Un bébé. C’est l’été, l’homme joue avec son fils dans la piscine en plastique installée dans le jardin. La femme est postée, à l’ombre, et imagine que la chaleur caniculaire, dans sa main, se transforme en couteau. Mais elle se lève, et va juste étendre le linge.

Ariana Harwicz signe un roman sans fard sur une femme qui lutte contre l’ennui, les nuits d’insomnie, l’emprisonnement, le carcan d’une vie, et les pulsions violentes qui l’envahissent, fissurent son enveloppe de femme, d’épouse et de mère.

Un monologue entre poésie, folie, détresse et violence, qui dénonce l’enfermement des femmes dans des modèles imposés par un monde patriarcal aveugle, sourd et égoïste. Lire la suite