Comment j’ai écrit un roman sans m’en rendre compte, Annet Huizing

Comment_j_ai_ecrit_un_roman_sans_m_en_rendre_compteKatinka a 13 ans. Elle vit avec son père et son petit frère. Sa mère est morte lorsqu’elle avait 6 ans. Elle dit les choses telles qu’elle les ressent, et se retrouve souvent en décalage avec les adultes et se fait peu d’amies. Un jour, elle décide d’aller voir sa voisine, Lidwine. Une dame assez âgée, écrivain à succès. Et là, Katinka lui explique qu’elle veut être écrivain, et qu’elle a besoin de l’aide de son aide. Lire la suite

Rencontre avec Ryoko Sekiguchi

ryoko sekiguchi dédicaceRencontre Dédicace avec Ryoko Sekiguchi, jeudi 24 mars, à 18h30.Ryōko Sekiguchi s’interroge, à travers ses deux derniers livres (La voix sombre, Editions POL et Dîner Fantasma, Manuella Éditions), sur le deuil. Que reste-t-il de nos morts ? Comment parvenir à garder un lien avec eux ? A ne pas en faire que des souvenirs mais des êtres dans notre présent ? Par la voix. Par la nourriture.
Les livres de Ryoko Sekiguchi ont toujours ce ton décalé, drôle, poétique et pragmatique à la fois. Agrémentés de détails sur la culture japonaise, ses récits touchent à quelque chose d’universel et exotique à la fois.
Lire la suite

La voix sombre, Ryoko Sekiguchi

sekiguchi la voix sombre[Dédicace le jeudi 24 mars, à 18h30]

Que peut-il rester d’un être lorsqu’il disparaît ? Lorsque la mort nous enlève un proche, comment peut-on en garder une trace, un lien ? Ryoko Sekiguchi se penche sur ce thème délicat et personnel qu’est le deuil. Et à la Voix des disparus. Lire la suite

Dîner Fantasma, Ryoko Sekiguchi & Felipe Ribon

diner-fantasma-ryoko-sekiguchi-felipe-ribon-manuella-editions[Dédicace le jeudi 24 mars, à 18h30]

La mort. Le deuil. Et surtout, de quelle manière peut-on parvenir à garder un lien avec ceux qui sont partis ?
Ryoko Sekiguchi et Felipe Ribon pensent établir un contact par le truchement de repas. Après tout, ne nous arrive-t-il pas souvent de retrouver le souvenir d’un être en dégustant un plat qu’il nous aurait souvent cuisiné ? De convoquer une présence en dînant dans un lieu qui aurait plu à une personne chère ? Lire la suite

Peindre, pêcher et laisser mourir, Peter Heller

Peindre_pecher_et_laisser_mourir, peter hellerJim tente de garder un équilibre dans sa petite maison au fin fond du Colorado. Il peint, pêche et communique peu avec les autres. Il faut dire que Jim a deux démons qui le hantent : l’assassinat de sa fille de 15 ans et l’alcoolisme qu’il tient à distance. Mais il tient. Jusqu’au jour où il croise le chemin de Dellwood… en train de battre comme plâtre une petite jument. Jim s’interpose, et cette implication dans la vie extérieure sera être le premier pas qui va faire de lui à la fois l’homme le plus craint et une proie à abattre. Lire la suite