Vive la marée, Pascal Rabaté et David Prudhomme

vive la marée, rabaté, prudhomme

(Sélection Angoulême 2016)

Portraits instantanés de gens en vacances. De cases en cases, on sautille d’un couple qui s’engueule dans une voiture, à l’autre voiture où des parents se bouchent les oreilles d’entendre en boucle leurs enfants chanter la même chanson sur des centaines de kilomètres, pour bondir à la station essence où un type met trois plombes à remplir son réservoir, et on s’accroche au rétro-viseur du camping car qui entre dans le camping, pour se retrouver agripper par les passagers du petit train touristique qui nous mène à la plage, où on redécouvre nos personnages, et d’autres.

Ces petits instants sont criants de vérité, d’humour, et de sourires.
Le côté ludique de la narration est un délice qui a tout son sens dans une histoire de multitude de personnages, comme croqués sur le vif.

On retrouve tous les types de personnes en vacances.

Les dessins sont parfaits, doux, avec des coupes qui soulignent humoristiquement des situations. Avec des insertions de dialogues très bien orchestrés.
Du bleu, du marron tendre, des éclatements de couleurs dans les vêtements, des peaux rouges, noires, blanches. ça cascade de petits détails et c’est un régal.

Editions Futuropolis (10.09.15)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *