S’adapter, Clara Dupont-Monod

Un roman éblouissant, éclaboussant d’espoir et d’amour, un roman franchement touchant. Les pierres de la cour ou des murs racontent ce qu’elles voient ou entendent et c’est  ainsi que, tour à tour, l’aîné, la cadette et le dernier sont au centre du récit.
Tout tourne autour de cet enfant handicapé, un beau bébé à la naissance mais qui, à trois mois, restait silencieux ou pleurait. Finalement, avec le test de l’orange déplacée devant son visage sans que ses yeux ne la suivent, la mère ne peut que constater qu’il ne voit pas.
« Cet être n’apprendrait rien et, de fait, c’est lui qui apprenait aux autres ».
S’adapter se lit comme un conte où les émotions papillonnent, où la place de la fratrie est capitale, comme celle de l’aîné qui nous a profondément touchées.
La beauté de la nature au cœur des Cévennes donne beaucoup de légèreté au roman, bousculée par la gravité et la tristesse du sujet.
La puissance émotionnelle qui en ressort ne vous laissera pas indifférent.

Prix du Goncourt des lycéens
Prix Landerneau 
Prix  Femina 
 
Editions Stock (Août 2021)

 

La plus secrète mémoire des hommes, Mohamed Mbougar Sarr

Diégane Latyr Faye, jeune écrivain sénégalais tombe sur un livre « le labyrinthe de l’inhumain «  écrit par Tc Elimane. En septembre 1938, un auteur originaire du Sénégal publie aux éditions Gemini, qui n’existe plu un livre étonnant en tout point, par le sujet le style et son auteur dont personne n’avait entendu parlé.

La presse et les intellectuels de l’époque le surnommaient « le Rimbaud Noir ». Toutefois, le succès de ce livre fut bref.

Lire la suite

Nous allons tous très bien, merci, Daryl Gregory

Nous_allons_tous_tres_bien_merci, daryl gregoryQue deviennent ceux qui ont survécu au Pire ? Ceux qui ont affronté le Monstrueux et ont survécu ?
Daryl Gregory les supposent en thérapie.
Et voilà la rencontre entre IrvinYalom et Stephen King.

Le pré-supposé fait sourire.
On a l’impression de voir Bruce Campbell (Evil Dead), des personnages de La Colline a des Yeux, ou des présences puissantes sorties de Lovecraft ou Clive Barker, réunis dans une pièce, en pleine thérapie de groupe. A essayer de s’en remettre.
C’est cocasse. Lire la suite