Le fil, Sophie Lemp

le_fil10La grand-mère de Sophie décède. La jeune femme raconte sa douleur, son manque, sa tristesse, et la vie qui continue.
Puis elle découvre des carnets dans lesquels la grand-mère a écrit à la petite fille depuis sa naissance. Sophie re-découvre alors sa grand-mère, la garde encore un petit peu près d’elle.
Et le lecteur se retrouve immergé dans cette douce et belle histoire. L’amour, la tendresse, les pétillements de joie, les pincements au cœur, les colères, la patience. Lire la suite

Le parrain et le rabbin, Sam Bernett

parrain rabbin bernett cherche midiNous sommes en Italie pendant la deuxième guerre mondiale plus exactement le 15 Novembre 1943, à Milan. Dans une école juive se trouvent 20 jeunes gens entre 10 et 17 ans, plus leurs  professeurs,  ils sont en clandestinité car l’école est fermée.
Ils doivent fuir et passer la frontière Suisse pour avoir une chance de survivre au génocide. Les Allemands sont en pleine déroute, ils massacrent et détruisent tout sur leur passage.
En parallèle, à New-York,  le Rescue Committee  fait tout pour sauver les juifs d’Europe.  La nouvelle tombe, il faut porter une action pour sauver ce groupe. Mais comment faire ? Après moult polémiques, la décision est prise. Ils vont faire appel à la Mafia, mais qui, où et comment faire? Lire la suite

Manhattan Murmures, Giacomo Bevilacqua

manhattan murmures bevilacqua

Sam est photoreporter, pour se guérir d’une lourde peine, il part s’isoler à New York. Il aime cette ville, il y a une partie de son enfance, un pied à terre. Il espère s’y reconstruire. Son ami et associé lui lance alors le défi d’y rester deux mois sans prononcer un seul mot. Sam accepte. Armé de son appareil photo, un casque sur les oreilles, il sillonne la ville, prend des clichés, et ne communique qu’un minimum avec les gens, et toujours par bouts de papier.
Sam trouve du réconfort dans cette structure rigide, il aime compter les choses, avoir des repères stables.
Sam est aussi un photographe particulier : quand il prend une photo, il ne regarde jamais sur son écran à quoi le cliché ressemble, il ferme les yeux, et enregistre le cliché dans sa mémoire. Une mémoire infaillible.
Puis il va faire développer ses photos.
Sauf que cette fois, trouble, sur une dizaine de photos la silhouette d’une femme, toujours la même, rousse et longiligne. Et il ne se rappelle jamais l’avoir croisée, et encore moins photographiée.
Il décide de retourner dans les lieux où elle est apparue.

Lire la suite

Doux rêveurs, Isabelle Simler

doux reveurs simlerComment dorment les animaux ? Isabelle Simler nous le fait découvrir, avec toujours ce fabuleux coup de crayon coloré et doux, et ce ton poétique.

Chaque animal se voit attribuer une double page, où Isabelle Simler le dessine dans sa position de sommeil, dans son habitat naturel, puis elle s’attarde sur son visage, endormi et apaisé, avec toujours ce petit sourire tendre sur les lèvres. Lire la suite

Une bouche sans personne, Gilles Marchand

Un comptable plabouche sans personnenqué dans sa routine, son petit appart parisien, sa petite vie solitaire, ses habitudes rassurantes, et derrière son écharpe, se raconte.
Ça paye pas de mine au début. On se laisse faire. L’écriture est fluide, sympa. Le regard sur les autres est juste ce qu’il faut de piquant, méfiant, et drôle, et triste. On sent évidemment le truc plus profond qui vient titiller la curiosité.
Parce que le type, il cache un truc sous son écharpe, une malformation, une cicatrice, une plaie. Quelque chose de Secret, du passé enfoui.

Il retrouve ses potes tous les soirs, ou presque, au café. Quatre solitaires qui boivent des cafés arrosés de whisky, discutent (ou pas), tapent le carton (ou pas), se confient (peu). Lisa, la barmaid si jolie et pleine d’attentions. Thomas, qui croit avoir des gosses qu’il n’a jamais eu. Sam qui reçoit des lettres de sa mère décédée.
Le comptable, lui, ne s’est jamais confié sur rien de sa vie privée. En 10 ans. Ils n’ont jamais rien demandé. Puis un jour, l’écharpe se retrouve imbibée de café. Il ne peut envisager de l’ôter, il préfère fuir.
Quand il reviendra au bar, les questions vont surgir. Et… il va se décider à parler. A raconter. Se raconter. Lire la suite