La famille Martin David Foenkinos

Quand la panne de la page blanche fait des miracles

Un auteur cherche à écrire son nouveau roman.Sur un pari un peu fou, il decide d’interroger la première personne qu’il aborde en traversant la rue . De cette rencontre, en écrivant sur la famille martin, une famille ordinaire parisienne avec Madeleine, Valerie, Patrick, Lola, Jérémie et Yves, il va chambouler le quotidien, les habitudes d’un couple de 25 ans de vie commune, interroger le passé de cette grand mère à la recherche de son premier amour et de permettre à Patrick Martin la force de s’opposer à son patron, à Valérie qui se confesse sur son éventuelle séparation ou encore sur l’absence de sa soeur Stéphanie .Ce roman ou l’auteur parle de lui, est un des plus personnels ou la fiction rejoint la réalité. Autant le dire tout de suite ce roman est sans aucune prétention, c’est une joyeuse récréation littéraire.L’auteur ne se prive pas à se livrer à un exercice d’autodérision.
Il parsème son récit d’anecdotes sur Karl Lagerfeld et il n’oublie pas de faire avec son lecteur un point régulier sur ce qu’il vient d’apprendre de ses personnages. Si vous acceptez de prendre ce roman pour ce qu’il est, ce sera une agréable parenthèse foenkinosienne.

Parution Octobre 2020

Editions Gallimard

Rumeurs d’Amérique Alain Mabanckou

 

 

 

 

Alain Mabanckou nous invite dans sa vie californienne après avoir quitté Chicago.Chez les angelinos, il est professeur de littérature d’expression française à la prestigieuse UCLA dans le quartier de Westwood.De son balcon, il écrit son quotidien, ses rencontres avec Rokhaya Diallo, Pia Andersen notamment. On découvre les nombreux quartiers ethniques, la good and healthy food, la culture du basket jusque’ à la mort de Kobe Bryan, la littérature de James Baldwin, le culte du bien être et de l’apparence, son chien Moki, de la SAPE congolaise   ( société des ambiances et des personnes élégantes) de l’avenir de l’Amérique atypique et presque fictive et de ses rumeurs.

Pour les amoureux de la cité des anges, d’Hollywood, de cette pluralité culturelle,  des descendants de migrants et « peut être même que sans le savoir j’entreprends ici ce que je pourrais qualifier d’autobiographie américaine, entre les mirages de l’imaginaire, les rebondissements de l’insolite, la digression de l’anecdote et la crudité de la réalité. Ainsi va mon Amérique. »

 

Editions Plons

Parution aout 2020 

Park avenue summer, Renée Rosen

Découvrir l’univers d’un magazine au coeur des sixties, The cosmopolitan, dont la rédactrice en chef, Helen Gurley Brown, grande visionnaire fut la pionnière de la presse féminine mettant la femme audacieuse et insoumise au cœur de l’actualité.

Assistée de la jeune provinciale Alice, photographe en herbe Helen essaie de relancer le magazine en lui impulsant plus de liberté assumée pour les femmes en évitant la conspiration de ces associés .Si vous aimez le diable s habille en Prada Bridget Jones ou l’esthétisme de MAD Men ce livre vous emportera au cœur d un New York chic élégant de l’upper east side et poétique de Greenwich village. 

Editions Belfond

Parution Juin 2020

Soleil de cendres, Astrid Monet

[Dédicace le Vendredi 18 septembre, 18h]

Un été de grosse canicule, comme il y en a de plus en plus, et plus en plus long, Marika amène son fils de 7 ans à Berlin, pour qu’il rencontre son père. Les circonstances de sa séparation avec Thomas et de son choix abrupt de retourner en France sont troubles, et vont s’éclaircir au fur et à mesure de l’histoire.

Laissant son fils Solal et Thomas ensemble pour la nuit, Marika prévoit de les retrouver le lendemain pour un brunch. Seulement, le lendemain matin, un terrible séisme dévaste la ville, et c’est dans les décombres, dans un Berlin gris de cendres, qu’elle va sillonner à la recherche de son fils.

Lire la suite