Comme la grenouille sur son nénuphar, Tom Robbins

comme la grenouille sur son nénuphar, tom robbinsUne courtière avide d’argent, et de rien d’autre.
Un petit ami bobo avant l’heure.
Un singe anciennement cambrioleur de pierres précieuses, régénéré (et religieux).
Une voyante qui rentre son gros corps dans une voiture minuscule.
Un ancien pro du courtage revenant de Tombouctou, le cheveu long et gras, la veste en peau de bête, et le regard malicieux.

Et un krach boursier.
Un singe en fugue.
Un petit ami angoissé.
Une amie tireuse de tarot évaporée.
Des avances rentre-dedans presque en finesse d’un crocodile dundee sur le retour.
Tom Robbins s’amuse encore à nous trimballer dans un tourbillon d’affabulations tellement pertinentes qu’elles donnent le tournis. Les pages s’enchaînent avec ravissement. Plutôt contents de voir que la courtière est complètement dépassée mais ne décroche jamais. Des personnages tous attachés à leur but.
Des envolées dans des théories aux allures burlesques et fantaisistes, et qui, pourtant, sont tellement plus.

Robbins se moquent tendrement de ses personnages tout en les sauvant, les emmenant là où ils sont en danger, le danger du changement.

C’est évidemment drôle, prenant, fou, intelligent et captivant

Première édition : 1994
Éditions Gallmeister poche Totem (04.06.2014)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *