Rencontre avec Maggy Belin Biais

Date / Heure : 26/10/2017 de 18h00 à 20h00
Lieu : Librairie Maruani

Née à Port-au-Prince, Maggy Belin Biais a passé ses vingt-deux premières années en Haïti, avant d’épouser un journaliste français et de le suivre à Paris, où elle réside désormais. Rose-Mercie est son premier roman.

Rose-Mercie n’a que 16 ans lorsqu’elle épouse, sous la pression de sa mère, Ange Peretti, riche négociant français installé au Cap-Haïtien. Peu après, sa vie bascule : nous sommes en 1915, Ange est mobilisé pour combattre en France. Elle lui annonce alors qu’elle est enceinte.

En Haïti, les factions politiques se déchirent. Les Américains, fidèles à la doctrine de Monroe, « L’Amérique aux Américains », débarquent pour rétablir l’ordre, mais aussi pour garantir leurs intérêts économiques et commerciaux.

Rose-Mercie se retire, avec sa fille France, dans la propriété familiale de Milot laissée à l’abandon après la mort de son père. Elle relance la plantation, introduit des ruches, installe une fabrique de confitures et crée des onguents parfumés pour les bourgeoises du Cap-Haïtien.

Mais la colère gronde contre l’occupant américain, les cacos (paysans en révolte) rejoignent la guérilla après que les Américains aient rétabli le servage à leur profit. Rose-Mercie, fidèle à son parrain Rosalvo Bobo, ancien ministre de l’Intérieur bientôt contraint à l’exil, leur apporte son aide, ravitaillant les maquisards, recueillant les blessés.

Par ailleurs, l’absence de son mari, dont elle a peu de nouvelles et qu’elle n’aura connu que peu de temps l’amène à adopter une vie de femme libre.

Mais en 1918, Ange est démobilisé. Rose-Mercie va devoir choisir entre conserver la liberté et l’indépendance ou retrouver une vie conjugale… Et les Américains sont toujours là.

L’auteur réussit un bel exercice de style avec ce roman où se mêlent habilement deux histoires tumultueuses ayant pour point commun la quête de liberté. Celle d’un peuple face à l’envahisseur et celle d’une féministe avant l’heure.

Editions Zellige (juin 2017)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *