Il est des hommes qui se perdront toujours, Rebecca Lighieri

« L’espérance de vie de l’amour est de huit ans. Pour la haine comptez plutôt vingt. La seule chose qui dure toujours c’est l’enfance quand elle s’est mal passée on y reste coincé à vie”

Ce roman noir raconte la survie de trois enfants Karel, Hendricka et Mohand des quartiers nord de Marseille. Livrés à eux-mêmes, le père Karl est violent alcoolique drogué et toxique, une mère inexistante désespérée, accrochée à l’héroïne. Karel le narrateur raconte son quotidien, ses tristes espoirs, qu’il parvient à supporter grâce à l’amitié de la communauté de gitans sédentarisés à côté de la cité Artaud.

Cette tragédie contemporaine raconte le destin de ces 3 enfants mal-aimés victimes de maltraitance familiale. Le roman évoque aussi la question de l’handicap et de la différence, le tout rythmé par de la culture pop musique de cette décennie (Gala, Michael Jackson, IAM, Terence Trent d’Arby, Richard Cocciante et Khaled).

Rebecca Lighieri est connue sous le nom d’Emmanuelle Bayamack-Tam auteur du livre Arcadie prix du livre inter qui sortira en poche en juin.

Edition P.O.L

Podcast de  l’émission le masque et la plume 

Parution Mars 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.