Isabelle

Isabelle Verlingue libraire mordue de littérature américaine, de science fiction et de bandes dessinées 

S’agissant d’Isabelle, on pourrait dire que tous les chemins mènent à la librairie Maruani quand on voit ceux qu’elle a empruntés, avant d’y faire sa place, en 2014.

Originaire de la Drôme, elle retient surtout de son enfance la vie au grand air, les balades en forêt, ses chiens, les compagnons de son quotidien. « Je me rappelle qu’on regardait la télévision, Dorothée, Dragon Ball, Olive et Tom, mais également, sous l’impulsion de ma mère, qu’on lisait énormément ».

Ses choix d’études la conduisent au lycée de Valence pour suivre une formation théâtrale. C’est l’expérience de la colocation, de l’indépendance, des sorties entre amis.

Son bac en poche, la voilà partie à Aix-en-Provence pour continuer ses études artistiques : DEUST puis licence  section théâtre contemporain,  « Je voulais travailler dans la mise en scène, et si possible sur des auteurs éloignés du répertoire classique, comme Garcia Lorca, Koltes, Ibsen, Bourdieu, Lacan…etc. ».  

Mais Isabelle comprend qu’elle n’a pas envie de continuer dans cette voie. « J’étais en attente de concret, de vrai. Hors mes études devenaient de plus en plus théoriques. »

Période charnière, « À la croisée des chemins », comme elle la définit elle-même. Finalement, elle décide de travailler, « plutôt que de passer son temps à théoriser ».

Après divers petits boulots, la voilà engagée à Marseille dans un travail alimentaire où elle reste une année. Mais il faut penser à l’avenir et ce travail, épuisant physiquement, n’est qu’une étape. Isabelle réagit et repart de zéro. « Je me rendis alors à Lyon où j’avais repéré une formation au métier de libraire ».

L’occasion d’apprendre tout ce qu’on doit savoir sur le sujet : circuit du livre, mises en place, relation aux clients. Elle s’y consacre avec passion, certaine que « c’est cela qui va la mener au concret. »

Puis, elle redescend à Marseille et y enchaîne les CDD. Elle se rend compte que « ce qu’elle a acquis en formation lui sert vraiment. Puis,pour des raisons personnelles, elle emménage à Rouen. À nouveau les petits boulots, jusqu’à ce qu’elle trouve une place d’hôtesse de caisse chez UGC pour deux ans, ce qui l’oblige à nouveau à se mettre en quête de travail. « Je cherchais surtout à être embauchée dans une librairie, pour valoriser mes acquis ».

Cette quête l’amène à Paris, chez Virgin. « Une belle et heureuse expérience qui aura duré cinq ans, confie-t-elle. J’étais heureuse, je rencontrais beaucoup de gens issus de milieux différents ».

Mais voilà que la situation économique se détériore. Virgin ferme. Isabelle rentre alors « en résistance » avec d’autres. Elle manifeste, jusqu’à ce qu’on leur accorde à elle et ses collègues, indemnités, primes et formations.

Elle choisit alors de se perfectionner en anglais, lorsqu’une annonce l’amène à la librairie Maruani pour un entretien avec Nicole. « J’ai tout de suite accroché, dit-elle. La personnalité de Nicole me plaisait ainsi que le concept de librairie-café. Le lieu m’apparaissait très vivant et offrait la possibilité de s’occuper de plein de choses différentes en même temps. Je voyais avec plaisir les gens venir à la libraire, pour discuter, échanger, voire se confier. »

Emballée, Isabelle s’implique aussitôt. Et associe le plaisir de lire, de rencontrer auteurs et éditeurs, et de conseiller les clients.

Tout ce dont elle rêvait depuis ses premières lectures …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *