Love me tender, Constance Debré

constance debré love me tender flammarionConstance a quitté son mari depuis plusieurs mois, ils gardent une relation cordiale (parfois ambiguë quand Laurent, l’ex, essaye encore de coucher avec elle), se partagent équitablement la garde du fils Paul (8 ans). Puis Constance annonce, comme si ce n’était pas évident avec sa nouvelle dégaine asexuée, ses cheveux courts, son air androgyne, qu’elle est lesbienne.
Et là.
Laurent se braque.
Et la sépare de son fils.

De là, Constance va aller encore plus loin dans la rupture avec sa vie d’avant, cette vie vide de sens, où l’on se perd dans un million de choses. Elle lâche tout : appart, fringues, livres… Elle squatte à droite et à gauche, chez des potes, des amantes, des chambres d’hôtel.
Elle ne voit jamais son fils, elle commence une longue et pénible démarche pour avoir droit de visite, de moments. Laurent ne laisse rien passer, ne lâche rien.
Constance mâche son chagrin, l’avale, le garde collé au fond du ventre, et vit.
Elle nage, elle baise, elle écrit.

Dure, sèche, directe. Constance ne fait aucun détour dans son écriture, ne s’épargne pas la violence qu’elle subit et qu’elle inflige.
Au fond, elle se cherche. Débarrassée des oripeaux de l’hétéro, avec sa carrière, sa petite famille, et son fric, elle se regarde en face, et se voit, sans détour.

Parler d’elle, c’est aussi parler d’un soi universel. C’est questionner au plus près la maternité, l’amour filial, la rupture avec le fils, cette obligation d’aimer, dévoiler le tabou du non amour, aussi. De l’envie de liberté, de ne pas être qu’une fonction.
C’est questionner le rapport au confort, à la sécurité matérielle.
C’est découvrir le corps des femmes, la jouissance que l’on donne que l’on prend. C’est appréhender les relations autrement, avoir la liberté de séduire, de coucher, de s’attacher, sans question.
C’est parler de ce combat épuisant entre deux parents pour l’affection d’un enfant, la justice qui met des mois à trancher, et la perte dû à l’absence et à l’éloignement.

Constance Debré écrit juste, court et sans fioriture. Une histoire ancrée dans le monde d’aujourd’hui, qui pourra passionner ou choquer, qui déplacera quelque chose chez le lecteur ou la lectrice.

(ed Flammarion 2020)

Une réflexion au sujet de « Love me tender, Constance Debré »

  1. Ping : Play Boy, Constance Debré | Librairie Maruani

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.