Richesse oblige, Hannelore Cayre

hannelore cayre richesse oblige articleLe récit se passe en deux temps : l’histoire de Blanche de Rigny, une jeune femme handicapée, amie d’une colosse en jogging (Hildegarde, rien que ça), avec une gamine (Juliette), un père toujours absent à qui elle ne parle plus, et une mamie chouette.
Blanche, s’est toujours débrouillée toute seule, ne s’est jamais laissé abattre, et n’hésite pas à quelques magouilles pour remplir un peu plus le réfrigérateur.
Un jour elle découvre qu’elle est peut-être issue d’une famille richissime, et va mener l’enquête.

En parallèle, l’histoire des De Rigny, en 1870, alors que la guerre contre les prussiens fait des ravages, et que l’armée recrute le plus possible d’hommes. Les riches trouvent la parade en achetant des plus pauvres qu’ils envoient à leur place sur le front. Une pratique d’esclavagiste répandue.
Auguste De Rigny ne veut pas faire la guerre, mais est rongé de culpabilité à l’idée d’envoyer un autre se battre. Mouton noir de la famille, il a des idées communistes, et rejoint les groupes de jeunes intellectuels plein d’idéaux d’égalité.

Comment ce De Rigny va se retrouver être l’aïeule de Blanche, et qu’est-il devenu ?

Hannelore Cayre est une romancière de grand talent, ces deux histoires sont savoureuses, piquantes, avec un regard critique sur la société, le monde libéral, le sang et les crimes cachés sous les grandes montagne de richesse.
Ces personnages féminins, atypiques, sont très forts. Toutes rebelles, à préférer choisir leur chemin que suivre celui qu’on leur désigne. Des femmes fortes, qui ont toujours tenue face à l’adversité. Blanche et Hildegarde sont belles, puissantes, complices et solidaires.

L’autrice signe un roman social et divertissant, parfaitement équilibré entre l’enquête, tous les mystères et les personnages qui se dévoilent petit à petit, et la dénonciation des ravages d’une capitalisation à outrance, des travers d’une société à la dérive.

Un style et un ton à part dans le monde de la littérature : Hannelore Cayre à une plume d’un caractère bien trempé, drôle, noir, tendre, incisif, qui peut rendre complètement addictif.

Éditions Métailié (Mars 2020)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.