Starlight, Richard Wagamese

wagamese_starlight_editionsStarlight est un indien, qui vit reclus avec son pote et compagnon de travail. Il connaît la nature autour de lui parcœur, il s’y sent bien, en accord avec le monde et avec lui-même. Il a été élevé par un Vieux qui lui a appris ça. Depuis, parfois il s’échappe quelques jours, et pendant ses échappées solitaires, il prend des photos d’animaux sauvages. Qui le laissent approcher de très près, tant il est en adéquation avec l’univers et eux. Des photos magnifiques qu’il vend, par l’entremise du type qui tient le labo photo de la ville.
À part ça, il travaille à la ferme, avec Roth. Le mec petit, musclé, hâbleur, charmeur, le cœur sur la main. Un duo qui fonctionne.

Puis un jour Emmy et sa gamine Winnie débarquent. Chopées pour vol à l’étalage dans un supermarché, Starlight décide de les héberger. Gîte et couvert, plus une petite paie, en échange Emmy devra cuisiner, laver, aider à quelques tâches… etc…

Emmy fuit Cadotte. Un compagnon alcoolique bien trop violent.
Toute sa vie, Emmy n’a connu que l’alcool, le sexe rapide, violent, brut. Des histoires sans lendemain. Elle n’a jamais eu personne sur qui compter. Et tout ce qui compte désormais c’est survivre et protéger sa fille Winnie.

Wagamese, et les âmes cabossées. Les taiseux aux cœur barricadés. La misère sociale. La beauté de la Nature. Les Grands espaces de l’Ouest Canadien où retrouver une respiration.

Starlight et Emmy vont s’apprivoiser, lentement. Chacun va devoir surmonter ses peurs, puiser en eux une force jamais convoquée.

Des personnages touchants, attachants, d’une tendresse émouvante. Dans un cadre à la fois hostile, dangereux, et un cocon rassurant.
Un suspens haletant, avec ce personnage de Cadotte, sombre, violent, aussi bête que méchant, qui parcourt les villes à grand renfort de picole et de coups de poings pour retrouver celle qui a osé le quitter, qui a osé le mettre à terre.

Il y a aussi de l’humour, de petites touches légères grâce au personnage de Roth, et à ces moments où deux adultes sont aussi godiches que des adolescents encore vierges de tout. Et une grande beauté dans l’expression des sentiments qui naissent, ne sont plus cachés, refoulés, retenus, une grande beauté dans la description de ces êtres qui s’ouvrent au monde et à eux-mêmes.

Un grand livre.

Éditions Zoé (2019)
Traduction : Christine Raguet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.