Jolis jolis monstres, Julien Dufresne-Lamy

Dans un dialogue en « je » et « tu », deux générations de laissés pour compte se racontent et se réinventent en mettant au défi les frontières du genre, de la race et de la famille.

Dans les années 80, Lady Prudence est un des plus jolis « monstres » de la côte est des Etats-Unis, aux côtés des Angie Xtravaganza, RuPaul, Paris Duprée, Willi Ninja et toutes ces drag-queens légendaires révélées pour certaines dans le film-documentaire Paris is Burning. Mais le monde merveilleux des cabarets, bals et copines pour la vie est rincé par la pauvreté, le racisme, l’homophobie et le sida. Quarante ans plus tard, la Lady est redevenue James et se fait le confident et mentor de Victor, jeune père de famille et ancien taulard qui a tout quitté pour faire des stand-ups en robe et talons hauts…

Lire la suite

N’essuie jamais de larmes sans gants, Jonas Gardell

n'essuie jamais de larmes sans gantsAnnées 80, Suède, principalement Stockholm.
La communauté gay (masculine).
En Suède, fin 70, on vient de dépénaliser l’homosexualité. Mais… qu’on ne se méprenne pas. Ce n’est pas que l’homosexuel est considéré comme normal, non. Il est reconnu, mais reconnu malade, et relevant de la psychiatrie.
N’empêche c’est un pas en avant à l’époque.
Seulement, début des années 80 le fléau SIDA surgit.
Et là, tous ceux qui pensaient, qui essayaient, qui luttaient, pour l’égalité, la reconnaissance, et le droit à une vie normale, sont considérés comme de pestiférés.

Le livre de Jonas Gardell raconte tout ça.
A travers le portrait d’un groupe d’hommes de différents âges, personnalités, parcours, et engagements, il dresse un tableau impressionnant de détails, de documentations, de témoignages et de force de toute la communauté homosexuelle. Lire la suite

New York, Esquisses Nocturnes, Molly Prentiss

new york esquisses nocturnes[Rentrée Littéraire 2016]

New York, années 80. Au cœur du monde des artistes.

Molly Prentiss fait revivre cette scène artistique, entre squats où l’on croise Basquiat, Haring et Wharol, incroyables appartements, pauvreté, saleté et brutalité urbaine.

Pour aborder cet univers, l’auteur met en scène trois personnages : Lucy, fraîchement débarquée de l’Idaho, rêvant de rencontrer des gens créatifs, célèbres, glamours et riches. Raul, peintre argentin installé aux États-Unis pour fuir la dictature et la pauvreté dans son pays, l’artiste torturé et talentueux. James, critique d’art atteint de synesthésie (quand il regarde une toile, il sent simultanément une odeur, il entend une musique. Il associe les personnes à des couleurs.) et collectionneur d’œuvres. Lire la suite