Manhattan Murmures, Giacomo Bevilacqua

manhattan murmures bevilacqua

Sam est photoreporter, pour se guérir d’une lourde peine, il part s’isoler à New York. Il aime cette ville, il y a une partie de son enfance, un pied à terre. Il espère s’y reconstruire. Son ami et associé lui lance alors le défi d’y rester deux mois sans prononcer un seul mot. Sam accepte. Armé de son appareil photo, un casque sur les oreilles, il sillonne la ville, prend des clichés, et ne communique qu’un minimum avec les gens, et toujours par bouts de papier.
Sam trouve du réconfort dans cette structure rigide, il aime compter les choses, avoir des repères stables.
Sam est aussi un photographe particulier : quand il prend une photo, il ne regarde jamais sur son écran à quoi le cliché ressemble, il ferme les yeux, et enregistre le cliché dans sa mémoire. Une mémoire infaillible.
Puis il va faire développer ses photos.
Sauf que cette fois, trouble, sur une dizaine de photos la silhouette d’une femme, toujours la même, rousse et longiligne. Et il ne se rappelle jamais l’avoir croisée, et encore moins photographiée.
Il décide de retourner dans les lieux où elle est apparue.

Lire la suite

Corps sonores, Julie Maroh

corps sonoresQuébec. D’un été à l’autre. De courtes histoires, des moments de rencontres, de tranches de vie de couples, de sexe sans lendemain, des promesses, de fuites.
A travers cette bande dessinée, Julie Maroh semble vouloir aborder tous les aspects des relations amoureuses chez les 25-35 ans, de nos jours, et y parvient avec une véritable justesse, beaucoup de sensualité, de tendresse, de psychologie. Lire la suite

Bienvenue en Adolescence, Titeuf tome 14, Zep

Bienvenue_en_adolescence_Titeuf_tome_14, zepDans ce tome, Titeuf a deux amoureuses, et l’une d’elle lui dit qu’il est temps de grandir. Pour garder son amour – et artificiellement celui de l’incontournable Nadia (mais là y’a un petit couac d’incohérences, même pour Titeuf) – il va tout faire pour se transformer en Adolescent (les poils, les boutons, le corps avachi, les grommellements…)
Et faut reconnaître que ça fonctionne. Son langage (j’aime ses inventions d’expressions), sa gestuelle, les idées farfelues de ces gamins qui comprennent tout de travers, la relation aux parents, aux filles, aux profs.
Tout l’univers colle. Lire la suite