J’avais une île, Lorenza Pieri

C’est sur une petite île au large de la Toscane que naissent et grandissent Caterina et Teresa, pendant les années de plomb. Dans ce milieu insulaire qui tente tant bien que mal de résister aux agressions du monde extérieur, les deux sœurs forgent leur caractère sur les pierres blanchies au soleil, les bateaux de pêche et la mer infinie. Tiraillées entre une mère explosive aux idées révolutionnaires et un père adulescent porté sur les filles et la boisson, une grand-mère soumise et un passé familial douloureux, leur amour pour leur île et l’une pour l’autre est constamment mis à l’épreuve par l’univers des adultes, surtout lorsqu’elles le deviennent à leur tour…

Lire la suite

Les rencontres à la librairie

Une belle année riche de découvertes littéraires et de rencontres !

Merci aux auteurs, aux illustrateurs, aux éditeurs, aux attachés de presse, et à tous les lecteurs.

rencontres à la librairie 2015-2016

Les rencontres à la librairie 2015-2016

Rencontre avec Caroline Michel

affiche 89 mois dedicaceRencontre avec Caroline Michel, samedi 25 juin 2016.

Une belle après-midi en compagnie de cette auteure pleine d’énergie et de sourire. Un livre (89 mois) à découvrir absolument !

Quelques photos de la rencontre :

Lire la suite

89 mois, Caroline Michel

michel caroline 89-mois[Dédicace le samedi 25 juin, 15h]

Jeanne vient de fêter ses 33 ans. Pour rire, certains lui disent qu’elle a atteint l’âge du Christ. Pour elle, elle s’approche dangereusement des 40. L’âge à partir duquel il sera compliqué d’avoir un enfant. Elle calcule. 7 ans, c’est seulement 89 mois. Tout de suite, ça semble peu. Ça semble être demain.

Depuis aussi longtemps qu’elle s’en souvienne, elle a ce rêve de « fonder une famille ». Le désir d’enfant, c’était inné. Parmi les garçons qu’elle rencontrait, elle cherchait plus le futur père que le beau mec.
Avec Julian, il y a un an, elle a cru que c’était bon. Après plusieurs années, la question s’est posée franchement. Avec une envie commune. Puis Julian, du jour au lendemain, est parti parce qu’il avait « besoin d’air ». Lire la suite