Over The Rainbow, Constance Joly

Ce roman autobiographique raconte la jeunesse d’une fille partagée entre une maman divorcée et un papa qui part vivre avec un homme.
Nous sommes en mai 68. L’homosexualité est un crime et sa fille ne comprend pas pourquoi deux hommes s’embrassent.
Avec une maman détruite par cet abandon incontrôlable, un père qui a décidé d’être lui même, l’enfant est le trait d’union de cette relation triangulaire particulière que le destin va faire basculer.
De la passion pour les arts, la musique et l’opéra, les voyages au quatre coins du monde emportant sa fille comme porte bonheur, la réalité les rattrape et détruit leurs rêves. Le sida est à la porte de la mort et frappe ce père magnifique.

Lire la suite

Love me tender, Constance Debré

constance debré love me tender flammarionConstance a quitté son mari depuis plusieurs mois, ils gardent une relation cordiale (parfois ambiguë quand Laurent, l’ex, essaye encore de coucher avec elle), se partagent équitablement la garde du fils Paul (8 ans). Puis Constance annonce, comme si ce n’était pas évident avec sa nouvelle dégaine asexuée, ses cheveux courts, son air androgyne, qu’elle est lesbienne.
Et là.
Laurent se braque.
Et la sépare de son fils.

De là, Constance va aller encore plus loin dans la rupture avec sa vie d’avant, cette vie vide de sens, où l’on se perd dans un million de choses. Elle lâche tout : appart, fringues, livres… Elle squatte à droite et à gauche, chez des potes, des amantes, des chambres d’hôtel.
Elle ne voit jamais son fils, elle commence une longue et pénible démarche pour avoir droit de visite, de moments. Laurent ne laisse rien passer, ne lâche rien.
Constance mâche son chagrin, l’avale, le garde collé au fond du ventre, et vit.
Elle nage, elle baise, elle écrit. Lire la suite

Éden, Monica Sabolo

eden monica sabolo gallimardUn coin perdu, pauvre, une réserve. On ne sait pas où. On sait l’isolement, le huis clos d’une petite ville, les rumeurs qui vont avec, les regards en biais.
Il y a la forêt, immense et belle, encore imprégnée de mystère, de sombre, de magie.
Il y a les blancs et leur machines à déforestation acharnée.
Il y a le lycée.
Il y a la grosse autoroute qui traverse la ville.
Il y a le Hollywood, le bar où les ouvriers viennent boire plus qu’il ne faut.

Et Nita.
Qui s’ennuie un peu. Qui rêve de la prendre cette autoroute. Qui a sa vie monocorde.
Puis débarque Lucy. Avec son père, ils emménagent dans l’ancienne caserne de pompiers. Ils viennent de la ville.
Lucy est solitaire. Elle ne parle à personne, et personne ne lui parle vraiment. Ni les blancs ni les indigènes.
Lucy est double. Elle a toujours dans son sac une tenue de rechange, une jupe très courte, un tee shirt moulant, du maquillage. Loin du regard de son père, elle se métamorphose. Et elles parlent aux hommes. Ou les hommes lui parlent. En tout cas… très vite sa réputation est faite.
Mais Nita est aimantée, intriguée.
Parfois Lucy va dans la forêt. Un jour elle l’y entraîne et lui montre d’étranges symboles suspendus dans les arbres. Nita ne comprend rien. Lucy retourne à sa solitude.
Puis… des hommes, blancs, se font agresser par une immense, poilue, puissante, bestiole. Comme un être de la forêt, il déchiquète et disparaît dans l’obscurité.
Puis… un jour Lucy disparaît. Panique.
(Il arrive que ce soit des indigènes qui disparaissent, mais ça, tout le monde s’en fout.)
Une blanche. Il faut la retrouver.
Retrouvée. Violée. Muette.
On accuse l’indien. Lire la suite

Sous les branches de l’Udala, Chinelo Okparanta

sous les branches de l'udala, chinelo okparanta actes sudNous suivons Ijeoma, une jeune fille du Biafra, dans les années 70. Elle rencontre Amina, une jeune fille orpheline. Elles ont treize ans. Les deux jeunes filles vont vivre une histoire d’amour intense.

C’est un roman sur l’apprentissage de la vie, la quête de sa sexualité dans un monde qui n’accepte qu’une seule vision : un couple hétérosexuel marié avec enfants dont un garçon. Un roman dénonçant la violence et la barbarie de l’être humain et de la société en Afrique dans les années 70, mais qui touche aussi les autres continents et toutes les époques. Lire la suite

Numbers, John Rechy

numbers rechy vialletJohnny Rio a passé trois ans à Laredo, au Texas, pour s’isoler, vivre seul (mais proche de sa famille), gagner sa vie « honnêtement ». Il revient à Los Angeles, pour 10 jours. Sans raison ? Il n’arrive pas à mettre le doigt dessus, mais décide de continuer, d’y aller, de revoir cette ville.
Los Angeles, où il vivait de tapin et de l’amour inconditionnel de Tom. Il était le petit mec filiforme, mignon, à la peau mat, qu’on pouvait se payer pour 10$. En trois ans il est devenu un homme au corps sculpté, avec 700$ en poche, et une assurance de prédateur. Lire la suite