Doux comme la mort, Laurent Guillaume

laurent guillaume doux comme la mort la manufacture de livresRencontre le samedi 11 janvier 2020, 16h

L’histoire commence au Mali, à la prison de Bamako, où le consul général de France vient rendre visite au prisonnier blanc, celui au tatouage de serpent dans le dos, celui qui fait des tractions en plein soleil, celui qu’on surnomme « La Mort ».
Gabriel Milan est emprisonné depuis trois ans, et lorsque le consul lui apprend que son petit ami est mort d’un soi-disant accident de voiture à Paris, il s’échappe, semant les cadavres derrière lui. En quête de réponses, de vengeance et de rédemption, Gabriel Milan va appliquer une justice macabre, laissant des morts entre Paris, Genève et le Mali.

En parallèle, on découvre Marc Andrieu, un flic détruit par la disparition de sa fille, prêt à toutes les méthodes pour retrouver sa piste et la sauver d’elle-même. Lui aussi en quête de pardon et d’une seconde chance, se retrouvera mêler à une histoire bien plus complexe qu’il ne le pensait. Lire la suite

Askja, Ian Manook

askja ian manookUn décor de cendre et de lave figée par le temps, sombre et mystérieux, Kornelius l’inspecteur aux allures de troll vient enquêter sur un crime. Seulement, à son arrivée, pas de corps. Il devait y avoir une femme nue, rousse, étendue, du sang. Rien.
Un peu plus loin, près de Reykjavik, au fond d’un cratère endormi, haut lieu touristique, une culotte rouge, un tesson de bouteille, et du sang. Toujours pas de corps.
Empêtré dans ces mystères, se rajoute un sniper qui canarde les lieux touristiques et effraie les vacanciers. Ces trois enquêtes ont probablement un lien. Lequel ?

Ian Manook pose très très bien le décor, les coins désertiques, sauvages, de lave, de sombre, de l’Islande. Les bains chauds où les corps se délassent. Les lieux touristiques atypiques avec carcasse d’avion sur une plage de sable noir. … On croirait se balader dans cette Islande lointaine.
Il rajoute quelques anecdotes historiques, sociologiques, qui épaississent le trait. Lire la suite

Le monarque des ombres, Javier Cercas

Mi-(auto)biographie mi-récit historique, ce livre par un des plus grands auteurs espagnols contemporains donne un point de vue unique sur la guerre d’Espagne.

Javier Cercas, écrivain espagnol de renom et fervent républicain de gauche, dont les idées sociales et politiques ont largement été exposées dans ses précédents écrits (dont le fameux Les Soldats de Salambre), révèle ici que, non seulement il vient d’une famille de droite qui a soutenu le franquisme pendant la guerre, mais que, pire encore, il a eu un grand-oncle engagé de son plein gré dans les troupes phalangistes ! Lire la suite

Rencontre avec Gaspard Gantzer

gantzer siri

Une belle rencontre avec Gaspard Gantzer, débat animé par la journaliste Françoise Siri, pour parler communication et politique.

La politique est un sport de combat, éditions Fayard.

Lire la suite

La désorientale, Négar Djavadi

la desorientale, djavadi[Dédicace le dimanche 11 décembre, à 16h30]

[Rentrée Littéraire 2016]
[Prix du Style – Prix Lire – Prix Folies d’encre]

Kimiâ, narratrice de ce roman, est une iranienne immigrée en France. Partie à dix ans de son pays d’origine, elle s’est installée à Paris avec sa famille pour démarrer une nouvelle vie, loin de la dictature, des bombardements et des arrestations arbitraires habituels en Iran dans les années 70. Lire la suite