Feu, Maria Pourchet

Feu est la rencontre banale entre une mère de famille, professeure d’université et un jeune financier que tout oppose. En effet, ils n’ont  en commun qu’une certaine morosité, la monotonie du quotidien. Leur rencontre est comme un nouveau souffle charnel, un bouleversement de leur routine, et au fil des mois, une remise en question de leur existence.

Clément commence chaque journée avec le rapport médical, il consulte son rythme cardiaque, sa tension, se fie à ces chiffres pour appréhender sa journée et les événements. Son univers tourne en boucle, dans une entreprise bancaire qui le vampirise, il a pour seul compagnon et confident son chien. Laura se cramponne à leur relation, trouvant là un échappatoire à sa famille, sa fille adolescente aux combats féministes et écologique qu’elle admire sans parvenir à la suivre, la plus jeune qu’elle délaisse, son compagnon dont elle s’éloigne chaque jour, ses cours.

Pour Clément, Laura représente l’inaccessible, lui qui s’est toujours vu refuser l’amour, ne croit plus en une vie qu’il n’a jamais connu. Toujours un peu étonné de son amour, un peu passif face à une relation à laquelle il ne croit jamais tout à fait.
Pour Laura, Clément c’est l’impression qu’on la regarde de nouveau, être une femme à nouveau, avant d’être une épouse, une mère, une prof. C’est la redécouverte de la passion, le vivre pour soi.

C’est un roman fait de monologues intérieurs, qui permettent d’avoir le point de vue de Laura et Clément sur leurs vies et leur relation, et qui suscitent beaucoup d’interrogations sur leur devenir respectif.

Le roman est ancré dans notre société avec beaucoup d’esprit critique, cynique et drôle avec cette amertume de chienne de vie qui les ennuie. 
Le style de Maria Pourchet retranscrit parfaitement cette vie qui oppresse l’Humain, étouffé par son travail, sa famille, les codes martelées par la société. Dynamique, vif et rythmé, haché comme des mots qui cognent à l’intérieur, comme des respirations saccadées, Laura et Clément cherchant comme un dernier souffle dans cette histoire, dans ce monde où les deux se noient.

Editions Fayard (août 2021)

Maria Pourchet est romancière. Elle a notamment signé Rome en un jour (Gallimard, 2013) et Champion (Gallimard, 2015).
Elle est titulaire d’un doctorat en sciences sociales.
Elle y dispense des cours (sociologie de la culture) à l’Université de Paris 10 Nanterre, puis travaille comme consultante, notamment auprès d’équipements culturels, à partir de 2006. Elle a enquêté, dans le cadre de ses missions, sur les pratiques de lecture, la prescription littéraire et la promotion du livre.
Elle participe depuis au développement de différents projets de fictions ou de documentaires de télévision.

Elle est l’auteure de six romans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.