Il reste la poussière, Sandrine Collette

Il_reste_la_poussiere sandrine colletteLa Patagonie. Une mère. La mère. Ses quatre fils. Ils ont un élevage bœufs angus, et résistent face à la concurrence des nouveaux très grands élevages industriels s’installant dans la pampa. Ils sont obligés de se mettre à l’élevage des moutons, même si c’est moins prestigieux. L’essentiel est de vivre. Survivre. La vie est dure. Ils le seront encore plus.
La mère élève ses fils sans affection, sans presque un seul mot. Ils sont là pour faire le travail, pour payer de leur sueur toutes les années qu’elle a passé à les nourrir, les habiller et les chauffer. Elle ferme les yeux sur la violence qu’ils s’infligent.

A travers les courtes phrases de Sandrine Collette, on sent les silences pesants, la tension perpétuelle entre les frères. La violence contenue. La rancoeur et la douleur. Sans cesse au bord du Terrible.

Sandrine Collette nous livre une nouvelle fois un roman noir et intense. Plongé dans cette lecture, on ne lâche plus le livre. A se demander jusqu’où cette famille peut aller dans l’auto-destruction. Complètement imprégné par l’atmosphère aride et venteuse de la Pampa de Patagonie.

Magistral.

Éditions Denoël (21.01.16)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *