Les optimistes, Rebecca Maccaï

les optimistesrebecca makkai

Entre 1985 à 2015, nous suivons la vie de membres d’un groupe de jeunes (hommes et femmes),  formé à l’université. Ces jeunes vont faire face à la pandémie des années 80 : LE SIDA. Nous vivons avec eux la vie du membre du groupe et aussi la mort des uns et des autres, le combat face à la vie et le deuil que chacun vit à sa manière suite à la mort de l’un des leurs. En dehors de l’historique d’une pandémie qui n’est toujours pas terminé, nous prenons part au combat et à l’amour de la vie qui caractérise ce groupe d’amis.

« Rebecca Makkai met en lumière cette tragédie de l’Amérique moderne que beaucoup cherchent à oublier. Un roman habile, puissant et d’une grande beauté. » Chicago Review of Books

« Un voyage saisissant… Rebecca Makkai livre une réflexion inoubliable, non sur la mort, mais sur le pouvoir de la vie. » Publishers Weekly

Rebecca Makkai vit actuellement à Chicago avec son mari et ses deux filles. Après Chapardeuse (Gallimard, 2012), Les Optimistes est son second roman traduit en français.

Traduction de l’anglais (Etats Unis) de Caroline Bouet

Parution Janvier 2020

Editions Les escales

Homo Sapienne, Niviaq Korneliussen

Portrait de la jeunesse groenlandaise. Personnages que l’on découvre chez eux ou à une fête. Récits construits en parties : à chacune son narrateur. Monologues intérieurs puissants. Des histoires d’amour qui se terminent, à décrire avec une violente justesse la mort des sentiments, l’ennui, la colère, le dégoût de l’amour de l’autre. Des histoires d’amour qui naissent, une rencontre à une soirée, une fille magnifique, le « courant passe », l’électricité palpable à chaque mot. Le besoin de fête, d’alcool, de bruits, de mouvements, pour oublier que ce pays est une prison, cloisonne, n’offre pas de perspective, tourne en rond.
La sexualité, le questionnement du genre, fait avec naturel, évidence, mais sans fermer les yeux sur le rejet, parfois, des parents, d’une famille qui nous ferme la porte, et une autre qu’on se crée, avec qui on est soi. Lire la suite