L’eau du lac n’est jamais douce, Giulia Caminito

« Antonia, une femme fière et têtue, s’occupe d’un mari handicapé et de quatre enfants. Pauvre et honnête, elle ne fait pas de compromis et croit au bien commun. Pourtant, elle inculque à sa fille le seul principe qui vaille : ne compter que sur ses propres capacités. Et sa fille apprend : à ne pas se plaindre, à lire des livres, à se défendre, toujours hors de propos, hors de la mode, hors du temps. Mais sa violence, tapie tel un serpent, ne cesse de grandir.

Nous sommes en l’an 2000, les grandes batailles politiques et civiles n’existent plus, seul compte le combat pour affirmer sa place dans le monde. »

Lire la suite

Une amitié, Silvia Avallone

Début des années 2000, Bea et Elisa sont deux adolescentes que tout oppose, et qui vont pourtant se retrouver les meilleures amies du monde. Enfin… une amitié vue et décortiquée par Elisa des années plus tard.
Bea, la belle, toujours apprêtée, qui pose déjà pour des magasines, qui vient d’une famille aisée, à qui tout semble sourire. Elisa, aux parents divorcés, forcée de quitter la mère qu’elle adore pour aller vivre dans une autre ville avec son père, un informaticien plein de bonne volonté mais avec qui elle ne sent aucune affinité.

Lire la suite

Un jour viendra, Giulia Caminito

Début 20e.
On suit deux frères, Lupo et Nicola. L’un, Lupo, sauvage, dur, indépendant, en colère. Il va s’engager dans le mouvement de révolte des paysans qui en ont assez de voir toutes leurs récoltes et revenus finir dans les poches des grands propriétaires.
(Révolte qui a très bien été écrite dans le court récit de Milena Agus : Prends Garde)
L’autre, Nicola, réservé, lecteur assidu et solitaire, à la santé fragile, vit en dehors du monde, et beaucoup à travers son frère.

Lupo le protège, le bouscule dans ses habitudes, le soutient, le couve parfois trop.
Une relation très belle, une fraternité forte et complexe, un amour immédiat, où de garçons fusionnels, ils deviennent des hommes indépendants mais liés.

Lire la suite

Artemisia, Alexandra Lapierre

artemisia lapierreAlexandra Lapierre signe avec ce livre une biographie détaillée et passionnante de la première femme peintre reconnue par l’académie, Artemesia Gentileschi.

Elle revient sur les violences formatrices de son existence : le viol par un ami de la famille assez tôt dans son adolescence, sa relation houleuse avec son père, lui-même peintre dans la mouvance du Caravage, la nécessaire émancipation qu’elle devra opérer pour affirmer son propre talent.
Mais aussi et surtout la difficulté d’être une femme d’abord, indépendante ensuite, et peintre de surcroît, dans cette Italie du début du XVIIe.
Autant d’événements qui ont sans aucun doute contribué à la profondeur et l’agressivité de sa peinture en clair-obscur, ayant également une incidence sur le choix de ses sujets : principalement des femmes, fortes et sanglantes. Lire la suite

J’avais une île, Lorenza Pieri

C’est sur une petite île au large de la Toscane que naissent et grandissent Caterina et Teresa, pendant les années de plomb. Dans ce milieu insulaire qui tente tant bien que mal de résister aux agressions du monde extérieur, les deux sœurs forgent leur caractère sur les pierres blanchies au soleil, les bateaux de pêche et la mer infinie. Tiraillées entre une mère explosive aux idées révolutionnaires et un père adulescent porté sur les filles et la boisson, une grand-mère soumise et un passé familial douloureux, leur amour pour leur île et l’une pour l’autre est constamment mis à l’épreuve par l’univers des adultes, surtout lorsqu’elles le deviennent à leur tour…

Lire la suite