Les mangeurs de nuit, Marie Charrel

[Rencontre le Samedi 14 janvier 2022, 16h)

Dans les années 20, des migrants japonais s’installent au Canada, rêvant d’une vie meilleure. Ils sont pêcheurs, bûcherons, artisans. Vivant en marge de la société canadienne, ils ne parviennent jamais tout à fait à s’intégrer, et font venir du Japon leurs futures épouses : les pictures brides. Par un échange de photos entre les familles et « lettres de motivation » où ils exposent leur soi-disant réussite sociale, les hommes promettent sécurité et confort à des familles pauvres qui leur « vendent » leurs filles.
Hannah est la fille de l’une d’elle. Elle porte en elle les désenchantements, le racisme, la pauvreté et la rudesse vécus par sa famille. Mais aussi la poésie et les rêves.

Lire la suite

Tous Les hommes n’habitent pas le monde de la même façon, Jean Paul Dubois

Jean-Paul Dubois dresse les portraits des hommes et des femmes qui ont traversé la vie de Paul Hansen, ancien concierge d’un condominium de luxe. En prison, Paul partage sa cellule avec un Hells Angels .Dans leur piaule de 6 m2, Paul refait le chemin en arrière et fait revivre les morts les vivants, son père ancien prêtre danois qui s’est perdu au jeux de hasard, sa mère féministe avant l’heure,  sa fidèle chienne Nouk de sa femme moitié algonquine et moitié irlandaise, pilote d’hydravions, ses rares amis, et ses hommes méchants et tyranniques.

Du passé au présent, des instants de bonheur, de malheur, de drames, il décrit les hommes comme ils sont avec ironie, drôlerie et aussi avec  beaucoup de tendresse.
Une fresque sur la vie humaine, sur fond de cartes postales de paysages magnifiques canadiens, français et scandinaves.

Prix Goncourt 2019

Editions de l’Olivier 

Autre livre de Jean-Paul Dubois sur le site : La succession (2016)

Jeu blanc, Richard Wagamese

jeu blanc wagamese zoe

Le Canada des années 60-70.
Saul Indian Horse vit avec sa famille, dans les traditions indiennes, leur monde se rétrécit de plus en plus avec l’invasion des blancs. Enfant, Saul, ne comprend pas tout, aux disparitions de son peuple, de son frère et sa sœur. Il comprend mieux sa grand-mère, ses traditions ojibwés, ses rites, sa proximité avec la nature, ses vieilles histoires.
Mais un jour, Saul n’a plus rien et se retrouve dans un internat chrétien. Maltraitance et racisme sont le lot quotidien des enfants, desquels on essaye d’effacer toute indianité. Seule lumière pour Saul : le hockey sur glace.
Ce sport va l’aider à échapper à l’internat, à retrouver une famille, à s’épanouir, mais aussi à affronter avec de plus en plus de colère le racisme, l’injustice, la violence.
Car, malgré tout, le hockey est un « jeu blanc ».

Lire la suite