Ma Théorie sur les pères et les cosmonautes, Pauline Desmurs

Noé vient de perdre Béatriz, la compagne de sa mère. Décédée d’un cancer, elle laisse un très grand vide dans la vie du jeune garçon.
Souvent seul, sa mère ayant un travail prenant, il se démène pour affronter sa tristesse et tente de trouver un moyen de reprendre goût à la vie.
Dans une langue vive et poétique, Pauline Desmurs donne un souffle très émouvant à son récit.

Lire la suite

Tout garder, Carole Allamand

Carole Allamand vit aux Etats-Unis, sa mère en Suisse, lorsqu’elle apprend que cette dernière vient de décéder. Elle retourne donc dans son pays d’origine pour régler les formalités, elle ne se doute pas de ce qu’elle va découvrir : sa mère était atteinte du syndrome de Diogène, son appartement est envahi d’objets et de détritus à travers lesquels il est très compliqué de circuler.

Lire la suite

Afterlove, Tanya Byrne

Lors d’une sortie scolaire, Ash rencontre Poppy et l’attraction est flagrante. Bien que tout les sépare
– milieux sociaux, culture, origine – le coup de foudre est immédiat.
Dès lors, c’est le début d’une histoire avec un avenir tout tracé : découvrir la ville main dans la main, aller à l’université, adopter un chat (comme toute lesbienne qui se respecte)…

Lire la suite

La carte postale, Anne Berest

Myriam née Rabinovitch a reçu en 2003 une étrange carte postale représentant l’Opéra de Paris. Son émetteur est anonyme. Au verso sont inscrits les noms de ses parents, de son oncle et de sa tante, assassinés à Auschwitz en 1942. Vingt ans plus tard, sa fille et sa petite fille décident de remonter le temps et de plonger dans l’histoire de cette famille juive originaire de Moscou qui, après être passée par la Lettonie et la Palestine, avait choisi d’aller vivre à Paris.

Lire la suite

PLS, Joanne Richoux

pls joanne richouxSacha et Angie, jumeaux, se préparent pour une grosse soirée, chez eux. Sacha traîne un peu les pieds. Soirée déguisée, à revoir tout le monde, à mettre le masque de la cordialité, de la joie, de la légèreté. Sacha n’a pas envie. Angie le motive. Après quelques gorgées d’un mauvais vin et quelques cachets de xanax, il déambule dans la soirée, danse, roule des pelles, cogne les corps, se cogne le coeur.

On suit les traces de Sacha, son regard désabusé et triste sur le monde et les autres, son émotion lorsqu’il voit Elle, sa colère sombre, son humeur noire.

Joanne Richoux, dans une langue crue et directe (la langue de Sacha, d’un jeune de dix huit ans en plein mal-être) bouscule lecteur et lectrice dans un récit bouleversant et percutant. D’une grande justesse sur cette période pleine de bouleversements, entre rage de vivre et pulsion de mort.

Avec une bande son qui se déroule à chaque chapitre, des titres rock qui bousculent, et une référence incontournable à Bret Easton Ellis, PLS est un roman qui, court comme un uppercut, vous mettra K.O.

Editions Actes Sud (2020)