Carbone et Silicium, Mathieu Bablet

Au départ, deux robots humanoïdes sont finalisés : Carbone et Silicium. Des prototypes qui serviront de modèles, d’expérimentation, pour créer des robots-assistants pour les humains.
Dans leurs processeurs est téléchargé toutes les connaissances humaines.
Dans leur programme est installée une DLC : Carbone et Silicium ne vivront que 15 ans (la vie d’un chat, pour permettre à ce que l’industrie continue à produire et vendre. Cette chère obsolescence programmée pour pousser à la consommation).

Pendant 15 ans, le couple de robots est tenu enfermé, des expériences, mais leur désir de voir le monde en vrai est puissant. Leur « mère » obtient l’autorisation d’un voyage.
Carbone et Silicium veulent en profiter pour s’enfuir.
Mais cela ne se passe pas comme prévu : Silicium parvient à s’échapper quand Carbone est rattrapée.

Séparés, les robots vont chacun de leur côté appréhender le monde : Silicium dans une quête méditative, écolo, contemplative, il va parcourir le monde, essayer d’en voir toutes les beautés, sans cesse bouger pour échapper à l’entreprise qui cherche à tout prix à le récupérer.
Carbone va plus chercher à se faire une place parmi les humains, à trouver un sens à son existence dans ce monde qui se dégrade, perd pied. Un monde qu’elle veut essayer de sauver.

Dans cette fable se déroulant sur plusieurs siècles, Carbone et Silicium, telles deux âmes sœurs séparées mais jamais réellement coupées l’une de l’autre, vont arpenter le monde et les années, en découvrir ses beautés et ses horreurs. Une histoire philosophique, qui pose la question d’un monde déshumanisé, pollué, mercantile.
De leurs points de vue légèrement en retrait du fait de leur essence même, du fait de leur situation de « clandestin », il et elle découvre toutes les facettes de ce monde complexe où l’Humain raisonnable veut sauver son monde mais où ses pulsions destructrices, égoïstes, le conduise à le détruire.

Le tout est mise en page magnifiquement, entre les grands paysages arpentés par Silicium, les villes magnifiques ou en décrépitude habitées par Carbone. Les plans sont très cinématographiques, il y a quelque chose d’assez immobile et contemplatif dans les dessins même.
Les traits sont doux, les couleurs empreintes d’une sorte de sepia qui rend déjà le propos nostalgique et réflexif.

Un incontournable

Éditions Ankama, 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.