Dans la tête de Sherlock Holmes, Cyril Lieron & Benoît Dahan

Une enquête palpitante, drôle, et brillante, menée par le duo inséparable et légendaire : Holmes et Watson !
Ces deux bandes dessinées parviennent merveilleusement à retranscrire en illustrations et en dialogues la vivacité de ces deux enquêteurs, les petites piques de l’un face au flegme de l’autre. Mais, c’est également un vrai coup de maître car, comme le titre l’indique, on a réellement l’impression de se retrouver dans la tête de Sherlock Holmes ! Par d’astucieuses mises en pages, par l’ingéniosité de dessins, on suit l’enquête en étant au plus proche du grand enquêteur. Les planches fourmillent de détails, qui vous pousseront à trouver vous-mêmes les indices qui n’échappent pas évidemment pas à Holmes, et qu’il associera dans des moments de grandes réflexions, enveloppé des fumées de sa pipe. 

Ces bandes dessinées sont un plaisir pour les grands et les petits, un magnifique objet et une histoire qu’on ne lâche pas. Cyril Lieron et Benoît Dahan nous offrent une magnifique œuvre !

Editions Ankama (t.1 : mai 2019 ; t.2 : septembre 2021)

Jours de sable, Aimée de Jongh

John Clark, jeune photo-journaliste décroche son premier gros contrat : aller prendre des clichés des habitants, de leurs maisons, des paysages, du Dust Bowl.

Dust Bowl, région entre l’Oklahoma, le Kansas et le Texas, soumise à de terribles tempêtes de poussière, qui recouvrent tout, empêchent la culture des terres, atteignent les poumons des gens, poussent les populations à déserter ces dunes mortifères.

Jours de sable est vraiment une très belle bd et au scénario très bien mené.
Aucun moment d’ennui, l’histoire monte petit à petit en détails et cheminements. Le personnage, ce photo-reporter, passera de l’œil extérieur, témoin, à celui qui s’implique, discute, trouve l’humain.

Intéressantes réflexions sur la manipulation des images, sur le pouvoir de celles-ci. Sur le hors cadre.
Et sur l’implication du photographe par rapport à son sujet.

Lire la suite

Malgré tout, Jordi Lafebre

Zeno et Ana, soixantaine d’années, se retrouvent sur les quais, sous la pluie.
Tout démarre avec ce dialogue, Ana qui demande à Zeno : tu m’attends depuis longtemps ? Lui qui répond : 37 ans.
On comprend qu’elle est maire, tout juste à la retraite, mariée, qu’il est libraire, fantasque, et qu’il vend son commerce. Et qu’enfin, ils vont s’embrasser, et qu’il et elle sont à un tournant de leur existence.

Les chapitres vont s’écouler à rebours. Nous allons découvrir des moments clés de leur vie, séparée, à distance, faite d’absence, de silence, de lettres, d’appels téléphonique, le tout comme en marge de leur quotidien, comme une amarre au loin.

Lire la suite

Carbone et Silicium, Mathieu Bablet

Au départ, deux robots humanoïdes sont finalisés : Carbone et Silicium. Des prototypes qui serviront de modèles, d’expérimentation, pour créer des robots-assistants pour les humains.
Dans leurs processeurs est téléchargé toutes les connaissances humaines.
Dans leur programme est installée une DLC : Carbone et Silicium ne vivront que 15 ans (la vie d’un chat, pour permettre à ce que l’industrie continue à produire et vendre. Cette chère obsolescence programmée pour pousser à la consommation).

Pendant 15 ans, le couple de robots est tenu enfermé, des expériences, mais leur désir de voir le monde en vrai est puissant. Leur « mère » obtient l’autorisation d’un voyage.
Carbone et Silicium veulent en profiter pour s’enfuir.
Mais cela ne se passe pas comme prévu : Silicium parvient à s’échapper quand Carbone est rattrapée.

Lire la suite

Les filles de Salem, Thomas Gilbert

les-filles-de-salemUne plongée passionnante et terrifiante dans l’univers étriqué et oppressant de la colonie de Salem, en Nouvelle-Angleterre, au 17e siècle. Un village dont le nom restera tristement célèbre pour l’affaire dite des « Sorcières » qu’Abigail nous raconte, elle qui, à 17 ans, fut une des victimes de l’obscurantisme et du fanatisme religieux à l’œuvre. Tout commence quand un jeune garçon lui offre un joli petit âne en bois sculpté… (présentation de l’éditeur)

L’histoire commence tranquillement, tout en douces couleurs de printemps/été, à la campagne. Petit village, champs de blés et forêt luxuriante. Abigail vit paisiblement, avec son père et sa belle-mère. Puis… les choses, petit à petit, prennent un tour plus oppressant, angoissant, terrifiant. Les pages s’obscurcissent au fur et à mesure que le puritanisme puise dans la haine et la violence. Les figures prennent des allures démoniaques. Les décors des airs de cauchemars. Lire la suite