Des hommes, Laurent Mauvignier

Des_hommes, mauvignierJ’ai l’impression que Mauvignier pourrait écrire sur le sujet le plus soporifique du monde et en faire une œuvre littéraire d’une intense qualité. Quelle écriture. Un style qui creuse dans la phrase, comme ils creusent jusqu’aux tripes des personnages, jusque leurs sombres secrets, leurs terribles angoisses, leurs failles. Un style qui tourne autour des mots, les retourne, les observe et les amène à se révéler dans des phrases d’une maîtrise incroyable.
Un style dense qui parvient à rendre palpable l’émotion des personnages. Très proche de l’oralité, de l’instant pensé, du désordre affectif.
De la prose poétique qui parle à l’humain.
Résumer le livre ?
Une famille au fin fond de l’île de France. Une fête. Un des frères est un vieux parasite alcoolique et asocial. Tout le monde se méfie de lui, le fuit. Il vient à la fête. Un drame a lieu qui en entraînera un autre. Qui fait remonter les anciennes rancœurs. Les colères. L’incompréhension. La peur.
Remontée vers le passé. Pour comprendre. Pour mettre des mots sur l’indicible. La guerre d’Algérie. Ce que la guerre détruit en l’homme. Comment revenir après ? Les traumatismes qui ne laissent aucune chance de retrouver un équilibre.

Magistral.

Éditions de Minuit (Poche : 03.03.2011)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *