Le Grand Jeu, Céline Minard

le grand jeu minard[Rentrée littéraire 2016]

Après avoir fait construire un logement high-tech et autonome, une femme s’installe au cœur des montagnes. Elle cherche à s’isoler du monde, à vivre en autarcie, dans une relation étroite à la nature, entre dangers et bienfaits.

La première partie du livre s’intéresse à l’installation de cette femme, qui semble avoir tout prévu, longuement réfléchi avant de se lancer dans cette nouvelle vie. On ne saura rien de son ancienne existence avant de la rencontrer dans ces montagnes, et le lecteur la suivra dans ses journées, collé à ses pas arpentant la nature. Des coins de pêches au potager, des points de repos sous les rochers aux kerns qu’elle érige pour tracer ses chemins, la femme semble gérer au mieux sa survie. Le lecteur intrigué sentira la montagne et ses dangers, sera immergé dans une espèce de Koh Lanta ou Lost ultra réaliste.

Dans la deuxième partie apparaît un nouveau personnage, une ermite, vivant elle aussi dans les montagnes. Un personnage étrange, mystérieux, bestial et poétique. Va alors se tisser progressivement entre les deux femmes une relation de silences, d’alcool, de poursuites et de questionnements.

Céline Minard tient son lecteur dans un suspens plein de tensions, le perdant parfois à ne pas savoir qui est cette femme, où le récit se dirige, en le tenant en haleine à faire surgir soudainement cette étrange ermite ou des situations sur la brèche, en l’interrogeant par des phrases réflexives glissées dans le texte au détour de la solitude du personnage.

Par son écriture sèche et directe, et ses petites notes piquantes d’humour, Céline Minard délivre un récit à l’ambiance particulière, entre le thriller psychologique et philosophique.

Éditions Rivages (17.08.2016)

Autres livres de l’auteur sur ce site :
Faillir être flingué (2013)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *