Neuf vies, Peter Swanson

Neuf personnes reçoivent par courrier une liste de neuf noms – dont le leur. Ces personnes ne se connaissent pas, ne vivent pas dans le même coin des États-Unis, et ne semblent n’avoir rien en commun.
Le roman commence avec une construction d’un chapitre par personnage, découvrant la lettre. Le neuvième est assassiné, la liste à la main.

Découvrant le déroulé de la vie des personnages, plus ou moins perturbés par cette liste, on cherche à deviner entre les lignes ce qui les relie, qui sont ces gens, pourquoi ils seraient la cible d’un tueur.
D’un autre côté, on suit l’enquête, l’une des listée est une agente du FBI, ça aide – mais lorsque l’enquête lui est retirée, puisque directement concernée et mise sous protection policière, on pourra continuer à essayer de démêler les fils grâce à un personnage flic noir du Maine plutôt sympathique (quoiqu’un peu effacé).

Un roman policier très agréable, qui rappelle les ambiances à la Agatha Christie ou Sherlock Holmes, ou encore des films comme À cou